EpiniX Blog

Blog Officiel du site www.epinix.net

Nouveau chrono pour le prologue : 17'56"

Après avoir espéré repartir vers les Alpes pour au moins faire les plus belles étapes de cet EpiniX Tour, planifiées depuis longtemps, je suis retourné dans les Ardennes cet après-midi avec la ferme intention de faire un temps sur le même parcours que celui du prologue de l'édition 2008.

Le train s'arrête à Charleville-Mézières. De la gare à la ligne de départ du prologue, environ 4 kilomètres à parcourir en vélo, donc la fin est en côte. Bien en rythme, je passe la ligne de départ dans la foulée de la petite côte qui la précède, puis, je relance franchement dans la courte descente qui suit, atteignant les 60 km/h un bref instant, avant de tenter de profiter de l'élan pour monter le plus haut possible dans la côte qui démarre 50 mètres après le bas de la descente, et de manière brutale. L'élan me fait gagner quelques dizaines de mètres avant de remettre mes jambes en action, et monter jusqu'à la maison bleue le plus rapidement possible sur cette partie la plus pentue de la première montée du parcours. Après la maison bleue, la pente devient plus douce, la route s'élargit et le revêtement s'améliore. Quelques centaines de mètres plus loin, voilà le grand tournant de l'auberge de la forêt, qui marque aussi le sommet de la première difficulté du prologue. Ensuite, la longue descente sur Nouzonville avec peu de lacets, en essayant de fendre le vent à plus de 50km/h de moyenne dans la descente. Seul le dernier kilomètre se fera entre 40 et 50 km/h, pour récupérer suffisament, avant la prochaine difficulté qui sera affrontée à quelques hectomètres de la sortie de Nouzonville. Au second point intermédiaire (pont de Nouzonville), le temps de référence est de 7'00". La traversé de Nouzonville s'effectuera à plus de 30 km/h. Après un plat relatif pour la traversé de la ville, une nouvelle montée approche. Il s'agit de la côte des Perrières, plus longue que la précédente et régulière dans sa pente hormis les premiers et derniers hectomètres, elle permet, une fois son rythme trouvé, de le conserver durant pratiquement toute la montée. J'ai effectué cette montée à plus de 20 km/h de moyenne et ai franchi la côte au passage des 17' de course. Le record semble donc dans la poche à ce moment, car il faut environ 1 minute pour rejoindre le panneau indiquant l'entrée de la ville de Bogny-sur-Meuse. Et effectivement, 56 secondes plus tard je franchissais ledit panneau, battant ainsi de 26 secondes le précédent record.

Les commentaires sont clos