EpiniX Blog

Blog Officiel du site www.epinix.net

Multiplication des Manifs Pour Tous

Au lendemain d'une nouvelle manifestation des opposants au "mariage pour tous", je reviens sur les deux manifestations qui se sont déroulées à quelques jours d'intervalle dans la capitale.

La loi Taubira

Petit rappel, pour ceux qui reviendraient tout juste d'un voyage spatio-temporel, le "mariage pour tous" est le surnom donné à un texte de loi qui vise à octroyer le droit au mariage pour les couples homosexuels, et ouvrant également le droit à l'adoption plénière (qui rompt tout lien de filiation, à contrario de l'adoption simple).

Sous couvert d'égalité entre couples (hétérosexuels et homosexuels) ce texte répond aux attentes d'un lobby (LGBT) puissant, mais ultra-minoritaire (même au sein de la communauté homosexuelle dont ils se proclament les dignes représentants), ce qui poussent nombre d'homosexuels à s'opposer à ce texte présenté à l'Assemblée Nationale par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira et dont le rapporteur est le député PS Erwann Binet. Malheureusement, et comme le soulignent les multiples associations familiales, ce texte pose déjà de nombreux problèmes et instaurant d'une discrimination pour l'enfant adopté, le privant volontairement d'un père ou d'une mère.

Les partisans de ce texte arguent qu'il faut donner un cadre juridique lorsqu'un un des deux membres du couple disparait, et qu'il y a déjà un enfant (celui du membre disparu). L'article 448 du Code Civil dispose déjà que la désignation d'un tuteur est possible. Il n'est nul besoin de procéder à un mariage, si ce n'est pour attaquer l'institution qui régie depuis des siècles la majorité dans nos sociétés.

Le précédent Guigou

L'ancienne Garde des Sceaux, Elisabeth Guigou, a révélé, avoir sciemment menti, lorsqu'elle avait promis, lors des débats sur le PaCS "non, il ne sera jamais question de mariage homosexuel". On aurait pu se dire qu'elle manquait cruellement de vision politique sur le moyen terme, mais non, un simple mensonge pour tenter de faire passer ce texte.

L'actuelle ministre de la justice jure que ce texte n'apportera pas la PMA, ni la GPA. C'est vrai, oui... mais, le gouvernement a déjà promis un autre texte sur la "famille", qui, là, ouvrirait la PMA aux couples hétéros, et lesbiens... en conséquence de quoi, à nouveau pour gommer une certaine inégalité, ils ne pourront pas ne pas proposer la GPA aux couples homosexuels masculins.

C'est un engrenage auquel le collectif de La Manif Pour Tous veut dire STOP. Il en a appelé à François Hollande qui s'est défaussé hier sur le Conseil National d'Ethique tandis qu'il promettait que sous sa présidence la GPA serait proscrite... tant qu'elle ne sera pas imposée par Bruxelles et ses technocrates sensibles aux lobbies de tout poil.

La Manif Pour Tous

Constitué de plusieurs dizaines d'associations et aux plusieurs porte-paroles, ce collectif rassemble dans ses rangs ce que les médias appellent "la France catho", or si celle-ci constitue le gros des troupes, les rabbins et imams  se montrent tout aussi réfractaires à ce texte.

13 janvier : la contestation est née

Prévu depuis des semaines et des semaines, et très bien orchestrée (tractage, happening, teaser), la manifestation monstre qui s'est déroulée (via 3 cortèges, ce qui démontre déjà l'importance en nombre des manifestants) à Paris en direction du Champs de Mars a su créer un élan de contestation sans précédent depuis 30 ans parmi ceux qui ne font jamais de bruit. Cette manifestation fut un grand succès, que le pouvoir a volontairement minimisé pour ne pas tenir compte des revendications.

Fort de ce succès, et méprisé par les plus hautes instances de l'état, quand celui-ci reçoit immédiatement les leaders de LGBT "inquiets", Frigide Barjot en a appelé à manifester à nouveau, et à constituer la première pétition citoyenne auprès du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE).

Pour 700.000 signatures t'as plus rien

Pour que le CESE soit saisi, plusieurs conditions sont nécessaires, dont celle de rassembler 500.000 signatures. Chose faite, mais, au moment de recevoir les palettes de cartons de signatures, Ce conseil a demandé au Premier Ministre ce qu'il devait faire (Pas mal pour un conseil qui se veut consultatif, de consulter Matignon), le CESE a écouté Ayrault, et a jugé irrecevable la demande faite par 700.000 signataires, ne faisant qu'augmenter encore la colère et la détermination des opposants au mariage gay.

24 Mars : bis repetita

L'organisation d'un rassemblement, un dimanche des Rameaux, quand une grande proportion des manifestants est catholique, c'était un pari un peu risqué, mais l'attachement des valeurs familiales, traditionnelles et de société qui animent chrétien, républicains et amoureux de notre civilisation a rassemblé une foule immense, qui s'étendait sur 4 km, de l'arche de la Défense jusqu'à l'Arc de Triomphe. La foule montrée éparse par quelques clichés, quelques gros plans choisis pris d'hélicoptère n'explique pas que les autorités aient du ouvrir l'avenue Foch et Carnot pour évacuer la "pression" qu'exerce une foule de plusieurs centaines de milliers de manifestants au minimum.

Présent dans l'après-midi au milieu de cette foule, il m'était impossible d'avancer au-delà de la porte Maillot, chaussée et trottoirs étaient noirs de monde. Derrière, des gens tentaient de se rapprocher de la place de l'Etoile petit à petit, alors que, comme beaucoup, j'ai préféré être proche d'un écran pour écouter les différents orateurs. Et j'imagine, que si on filmait la zone derrière l'écran, on y verrait moins de monde que devant.

Toujours tournée vers l'opposition au mariage gay, les slogans et les couleurs (bleu, blanc, rose) prennent une tournure plus sociale, réclamant du travail pour tous et que le gouvernement travaille davantage à redresser l'économie.

Les troubles sur les champs Elysées que le gouvernement souhaitaient voir, ont eu lieu... mais les forces de l'ordre ont aussi tiré des barrières permettant le passage de centaines de manifestants... attendant avant de procéder à un reflux vers la zone de manifestation autorisée. Quand à l'utilisation de lacrymogène, elle est d'autant plus injuste lorsque les "brèches" ont été favorisé, et je vous invite à revisionner le journal de 20h de France 2 du 24 mars où un jeune homme, tournant le dos aux CRS, ce prend soudainement un jet de lacrymo. Malgré que le gouvernement "condamne" fermement ces agissements (ceux des manifestants, naturellement), même les chiffres de la police comptabilise 0 agression de touristes, 0 feu de voiture, 0 vitrine cassée, 0 magasin saccagé, 0 vol.

Comme à l'accoutumée, la LGBT s'inquiète, au lendemain de la seconde manifestation nationale, l'association était à nouveau reçu, cette fois-ci par la pro-GPA Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, et pendant ce temps, la Manif Pour Tous n'est pas reçu, encore moins écouté... mais jusque quand ?

28 Mars : La contestation enfle

Après une manifestation ayant rassemblé 4 jours plus tôt plus d'un million de personne, un nouveau rassemblement devant le siège de France Television a eu lieu ce jeudi soir, un comité d'accueil bruyant (3000 selon l'AFP, 6500 selon les organisateurs) afin que le président de la République nous entende. Les banderoles appelaient au référendum, les slogans allaient eux, jusqu'à demander la démission du président. Quelques fumigènes furent allumé alors que la sono a été immobilisé à 200m du lieu de la manifestation, encadrée par 2 véhicules et des CRS dont les tympans semblaient souffrir après plusieurs heures. Sous les fenêtres de France Television, d'autes CRS ont entendu "CRS tendresse" et se sont vu offrir des fleurs par des manifestants.

Le Bilan de cette manifestation est positif. Très rapidement, plusieurs milliers de personnes sont mobilisables. Dans de moindre proportion, chaque sortie d'un membre du gouvernement (Taubira à Lyon) ou du rapporteur Erwann Binet (Versailles) est accompagné de manifestants opposé au mariage homosexuel. Comme les manifestant aiment à le répéter, ils ne lâcheront rien.

A Lyon aussi, la mobilisation est forte, la place Bellecourt a été le théâtre d'un concert de klaxon pendant qu'à Paris, Hollande n'a passé que 2 minutes à parler du sujet qui nous rassemblait.

Les commentaires sont clos